Rues

AVENUE AIMÉ-CÉSAIRE

 

 

Situation

Quartier des Courtillières. Début avenue de la Division-Leclerc / Fin rue Averroès.

 

Création

L’avenue est créée lors de l’édification du quartier des Courtillières dans les années 1950, sur le tracé du chemin des Courtillières dont l’existence est attestée depuis le début du XIXe siècle.

 

Origine de l'appellation

L’avenue des Courtillières, du nom d’un petit insecte de jardin ravageur, a été renommée avenue Aimé-Césaire le 23 mai 2017. Hommage est ainsi rendu au célèbre écrivain et homme politique français, anticolonialiste résolu, fondateur du mouvement littéraire de la négritude.

 

Bref historique

Les fouilles archéologiques sur le site de la Vache-à-l’aise ont montré qu’au IVe siècle avant notre ère, des Gaulois vivaient dans le secteur des Courtillières. Cette implantation n’a toutefois pas perduré dans cette zone champêtre traversée par le ru de Montfort.

Entre le milieu du XIXe siècle et les années 1930, alors qu’il est majoritairement constitué de terres agricoles, le quartier change de visage avec la construction du fort d’Aubervilliers, l’ouverture du cimetière parisien puis l’implantation de l’imprimerie de l’hebdomadaire L’Illustration.

Après le second conflit mondial, la France est confrontée à une grave crise du logement du fait des destructions et de la vétusté du parc immobilier. Durant l’hiver glacial de 1954, de nombreux sans-abris meurent. L’abbé Pierre lance un appel à la générosité et aux hébergements. En réponse, la construction d’une cité d’urgence de 150 logements est actée. Le choix du terrain permet la découverte, sur l'ancienne zone de servitude militaire du fort d'Aubervilliers, d’une réserve foncière importante.

Un projet d’envergure est alors confié à l’architecte Émile Aillaud : dessiner un nouveau quartier. Il conçoit pour la future SEMIDEP (société d’économie mixte du conseil général de la Seine) et l’office HLM de Pantin une « cité-parc » de 2 033 logements. Traversé par l’avenue des Courtillières, le Serpentin, immeuble sinueux de plus d’un kilomètre de long, entoure un vaste parc paysager de 4 hectares. Visibles en partie depuis la même avenue, neuf tours en tripode et deux bâtiments bas sont également construits. Les sites des Fonds d’Eaubonne et du Pont-de-Pierre, plus éloignés de l’avenue des Courtillières, seront érigés jusqu’en 1966.

Les premiers habitants, en majorité des jeunes ménages actifs quittant pour la plupart leurs logements insalubres de Paris ou de Pantin, s’installent dès 1958 dans des logements qui incarnent confort et modernité. La cité des Courtillières, surnommée « Manhattan à Pantin » par Le Figaro, accueille aussi d’autres banlieusards, des provinciaux, des populations immigrées provenant principalement d’Espagne et d’Afrique du Nord, ainsi que des rapatriés d’Algérie et de Tunisie.

Jouissant d’une bonne réputation, apprécié pour ses commerces, ses équipements publics et l’aménagement de ses espaces, le quartier demeure néanmoins mal desservi par les transports en commun. La gestion de la cité, complexe en raison de la multiplicité des acteurs, devient conflictuelle quand s’y imbriquent des considérations politiques nationales, régionales et locales, sur fond de rapports complexes entre Paris et la banlieue rouge. Les résidents les plus aisés partent, accédant à la propriété dans des quartiers pavillonnaires. La hausse du chômage, renforcée localement par la désindustrialisation, entraîne une paupérisation des habitants. Malgré l’arrivée du métro en 1979 et des programmes d’isolation thermique des tours, l’entretien du bâti du Serpentin par la SEMIDEP est délaissé et l’image du quartier se dégrade.

Au début des années 2000, après la cession par la SEMIDEP de ses logements à l’OPHLM de Pantin, d’importants travaux de requalification sont lancés.

L’agence AUC est nommée architecte-urbaniste en chef du projet de requalification du quartier et de l’ensemble des espaces publics, hors parc. L’agence RVA, elle, est chargée de la réhabilitation et de la résidentialisation du Serpentin, dont deux segments sont démolis. Le parc est réaménagé par le paysagiste Vincent Pruvost, tandis que la restauration de la façade, aujourd’hui constituée d’une mosaïque de 32 millions de carreaux d’émaux de verre, est imaginée par le graphiste Pierre Di Sciullo. L’ensemble a reçu le label Patrimoine du XXe siècle en 2008, dix ans avant l’achèvement des travaux.

 

 

Lieux et bâtiments remarquables

Porte d’entrée du quartier des Courtillières, la maison de quartier occupe la parcelle trapézoïdale à l’angle de l’avenue Aimé-Césaire et de la rue de la Division-Leclerc. En 1982, dans un contexte de dégradation du cadre de vie, la municipalité cherchant des solutions pour retisser le lien social et renforcer la proximité des habitants avec les services municipaux, ouvre une maison de quartier aux Courtillières. Un nouvel édifice, conçu par l’architecte Suzel Brout, est bâti en 1998, à la fois représentant de l’institution communale et équipement de proximité dévolu aux activités socio-culturelles. Bâtiment « carrefour », l’édifice de plus de 2000 m², accueille une mairie annexe et centre social, une bibliothèque, une halte-jeux, une antenne jeunesse, une salle de restauration, un café sans alcool ainsi que des espaces dédiés aux associations et aux activités polyvalentes.

L’édifice apparaît comme un ensemble compact mais subdivisé en deux parties reliées par un hall central assurant la distribution sur les trois niveaux du bâtiment. En revisitant le vocabulaire de l'architecture moderne (toit-terrasse, façade non porteuse, plan ouvert, fenêtres horizontales), Suzel Brout confère à cette maison de quartier un caractère classique intemporel dans un environnement hétéroclite marqué par des architectures diverses.

 

Située au cœur du parc paysager, enveloppée par le Serpentin, la crèche est particulièrement remarquable. Pensée en même temps que le grand ensemble des Courtillières par l’architecte Émile Aillaud, elle est inaugurée en octobre 1961.

En forme de fer à cheval, le bâtiment de plain-pied est organisé autour d’un patio et peut se décomposer en six corps, associés à différentes fonctions et de formes architecturales différentes. À son origine, il abritait une crèche, une garderie, un centre de PMI (protection maternelle et infantile) et des services communs telles les cuisine, biberonnerie, buanderie et chaufferie.

Le monde organique et le milieu naturel sont au cœur du projet architectural d’Émile Aillaud. D’une géométrie curviligne, avec ses courbes et ses contre-courbes, le bâtiment n’est doté d’aucun angle droit. La série de coques rappelle les vagues ondoyantes, qui, associées aux façades transparentes, créent l’illusion d’une volumétrie sans rupture avec l’extérieur. En outre, les détails, décors et vitraux du plasticien Fabio Rieti, gendre de l’architecte, évoquent l’univers marin.

 

Troisième équipement public de l’avenue, le centre de santé Maurice-Ténine – du nom du docteur Maurice Ténine, élu communiste à Antony, résistant et fusillé en 1941 – s’inscrit dans le renouvellement urbain du quartier des Courtillières. Initialement situé rue Édouard-Renard, en rez-de-chaussée du bâtiment surnommé le « Gouffre », le CMS Ténine est intégré en 2008 dans un nouveau bâtiment au 7 de l’avenue, au cœur de la nouvelle centralité des Courtillières.

Conçu par les architectes Hamonic et Masson, le bâtiment est mixte, associant le centre de santé, le centre médico-psycho-pédagogique (CMPP) et 36 logements sociaux.

Il est scindé en trois parties. Le socle, réservé au programme médical, est largement ouvert par des grandes façades vitrées, exprimant les idées d’accueil et de proximité propres aux équipements publics. Les deux blocs de logements sont identifiés par leurs balcons en tôle métallique perforée, saillants sur la façade est, côté avenue, comme en représentation, et accueillant chacun un bac pour recevoir un arbuste, filants et protégés par des vues sur l’autre face. Le choix de la polychromie - marron des bardages, vert des salles d’attente et lasure violette des rampes de parkings - et le détournement de produits du catalogue des industriels entendent briser les codes architecturaux traditionnels tout en faisant du bâtiment un ensemble « rationnel, fonctionnel, non ostentatoire ».

 

Dernière opération de la requalification du quartier, la parcelle face au CMS accueillera l’équipement culturel Nelson-Mandela (bibliothèque, ludothèque, salle de diffusion, théâtre de verdure) imaginé par le cabinet Jean-Pierre Lott, faisant de cet espace la plaque de centralité des Courtillières.

 

 

 

RUE BERTHIER

 

 

Situation

Quartier des Quatre-Chemins. Début rue Magenta / Fin avenue Édouard-Vaillant.

 

Création

Créée comme voie privée au début des années 1860, sur des terres de l’ancienne ferme du Rouvray, par le groupe d'investisseurs parisiens Leroy frères et Forest. Elle est classée voie communale par délibération du conseil municipal du 28 novembre 1873.

 

Origine de l'appellation

La rue prend le nom du maréchal César Berthier (1765-1819), officier de Napoléon Ier. Elle est en effet ouverte sous le règne de Napoléon III, où les allusions aux victoires (Magenta, Solférino) et aux hommes (Davoust) des Premier et Second Empires sont très fréquentes pour nommer les lieux.

 

Bref historique

Le quartier des Quatre-Chemins connaît au XIXe siècle une urbanisation rapide du fait de la proximité de Paris (annexion des fortifications en 1860) et de l'industrialisation : il faut de la place pour les usines et les logements des ouvriers. Dans ce contexte, les spéculateurs Louis-Pierre et Charles Leroy et Eugène Forest achètent des terrains, alors encore agricoles, et tracent plusieurs rues rapidement bordées par des immeubles de rapport aux logement exigus mais bon marché.

En novembre 1873, les promoteurs cèdent à la commune plusieurs rues à l'ouest de la route d'Aubervilliers (actuelle avenue Édouard-Vaillant), entre la rue Sainte-Marguerite, la rue Solférino (actuelle rue Pasteur) et la rue Blanche (actuelle rue du Chemin-de-Fer). La rue Berthier fait partie de ce lot. Ils promettent, à cette occasion, une aide financière pour des aménagements (installation de l'éclairage au gaz et de bouches d’égout, réparation du pavage) qui, manifestement, faisaient jusque-là défaut. Les égouts ne seront cependant pas installés avant 1891.

La rue Berthier, à l'origine, n'allait pas au-delà de l'actuelle rue Henri-Martin (rue Neuve-Berthier jusqu’en 2019). Elle sera par deux fois prolongée. D’abord en 1876, date à laquelle la municipalité achète un terrain pour la conduire jusqu'à l'avenue Édouard-Vaillant, puis en 1896 quand elle est agrandie en direction de Paris. Cette portion sera par la suite annexée au 19e arrondissement de Paris sous le nom de rue Forceval.

 

Lieux et bâtiments remarquables

La rue Berthier était, depuis 1865, dominée par les cheminées de la savonnerie Rémy installée au n°10. Son développement lui permettra d'absorber les n°12 à 18 de la même rue. L'entreprise disparaît en 1968 et ses bâtiments sont démolis en 1995 pour, notamment, faire place à un programme de logements sociaux et à la bibliothèque Jules-Verne.

En 1892, un fourneau économique municipal est établi au n°7. L’hiver, les plus démunis viennent y acheter, pour quelques sous, du bouillon, de la viande et des légumes.

Quant au centre municipal d'hygiène sociale, il est construit en 1930 au n°25 sur une parcelle traversante débouchant rue Sainte-Marguerite. Il offre des consultations prénatales et pour les nourrissons, une « goutte de lait » fonctionnant avec l’Assistance publique, une crèche, un service de rayons ultra-violets et deux dispensaires. Il témoigne, par son architecture, du goût Art Déco de l'époque et des préoccupations sociales de la municipalité du maire Charles Auray. Aujourd’hui, la crèche ne fonctionne plus mais le nom de « Goutte de lait » inscrit sur le fronton désigne le bâtiment.

 

 

 

RUE ÉTIENNE-MARCEL

 

 

Situation

Quartier Mairie-Ourcq. Début avenue Jean-Lolive / Fin quai de l’Aisne

 

Création

La rue de la Solidarité « nouvellement ouverte » est classée au nombre des voies communales par délibération du 8 juin 1888, à la demande des propriétaires des terrains représentés par messieurs Royant et Courtois, architectes.

 

Origine de l’appellation

Dénommée rue de la Solidarité à sa création, la voie est rebaptisée rue Étienne-Marcel par délibération du 21 novembre 1888. Étienne Marcel, prévôt des marchands de Paris au XIVe siècle, a mené un mouvement réformateur cherchant à instaurer une monarchie contrôlée. Délégué du tiers état, son rôle a été crucial au cours des états généraux de 1355-1357 tenus pendant la guerre de Cent Ans. Il meurt assassiné par les bourgeois parisiens, qui considèrent qu’il est allé trop loin dans son opposition au pouvoir royal.

 

 

Bref historique

Après la tentative de sécession du quartier des Quatre-Chemins en 1872-1873, décision est prise de construire un nouvel hôtel de ville entre l’ancien bourg et le nouveau quartier séparatiste. Ce déplacement modifie le centre de gravité de la ville et impulse le développement, fin XIXe, du secteur compris entre la nouvelle mairie et le quartier de l’Église.

Les années 1880-1890 voient la mise en viabilité et l’ouverture progressive de nouvelles voies dans le quartier du « Centre », à commencer par la rue Étienne-Marcel. Leur tracé complète le maillage orthogonal et permet de desservir de grands terrains propices à l’implantation d’industries.

En 1892-1893, des portions de canalisations d’égout sont construites aux deux extrémités de la rue Étienne-Marcel, co-financées par les propriétaires riverains, mais elles ne suffisent pas à assainir la voie. En 1894, le conseil municipal précise que cette rue est « une voie très fréquentée et dont la viabilité laisse beaucoup à désirer. La chaussée a été faite en macadam sur un sol glaiseux, de telle sorte qu’en hiver elle est presque impraticable à cause de la boue et en été, elle est insupportable en raison de la poussière ». Les conseillers votent son pavage ainsi que le prolongement de 150 mètres de l’égout, permettant ainsi le raccordement des tronçons existants. Fin 1918, un nouvel égout est projeté pour la portion entre la rue Victor-Hugo et le canal, la canalisation étant « devenue insuffisante par suite de l’établissement d’industries et se trouv[ant] de ce fait très fréquemment engorgée ». Albert Poulet, industriel installé au 57 de la rue, offre l’année suivante de contribuer aux frais de construction de cet équipement.

 

Lieux et bâtiments remarquables

Les dossiers de commodo et incommodo, enquêtes administratives préalables à l’implantation ou la modification d’une installation « classée », c’est-à-dire susceptible de nuire à l’environnement, montrent la forte implantation d’activités industrielles dans la rue Étienne-Marcel, au moins jusqu’aux années 1970.

Au numéro 8 de la rue, le petit atelier familial de verrerie de Léon Grébil est installé jusqu’au milieu des années 1960. Spécialisé dans la taille traditionnelle sur verre et cristaux, son activité s’orientera progressivement vers la miroiterie d’art.

Au 16 ter, dans un bâtiment en rez-de-chaussée aujourd’hui détruit, le Pantinois André Chardonnet achète après la seconde guerre mondiale un garage. C’est là qu’il fixera le siège social de Chardonnet SA, un des deux plus grands importateurs privés de voitures étrangères en France. L’entreprise, qui comptera plus de 700 concessionnaires et agents au milieu des années 1980, déménage en 1970 pour Bobigny.

Sur un terrain de forme triangulaire compris entre le numéro 57 de la rue Étienne-Marcel (numéro ayant disparu), la rue Victor-Hugo et le canal de l'Ourcq, les ingénieurs Hartmann et Poulet exploitent dès 1912 un atelier de chaudronnerie de fer et de cuivre. L’entreprise se spécialise dans la production d’emballages pour gaz comprimés, liquéfiés et dissous. Pendant la Grande Guerre, la société fabrique des torpilles aériennes et du matériel pour les poudreries. Rachetée en 1934 par monsieur Mylles, d'origine australienne, l’entreprise rebaptisée Poulet SA se spécialise dans le sur-mesure, notamment pour le secteur militaire, et produit des bouteilles, sphères et tanks de gaz comprimés, mais aussi des fours, des fers à repasser et des chauffe-plats. En 1929, soixante-dix personnes y travaillent mais peu à peu l'effectif baisse, les machines remplaçant le travail de l'homme. L’entreprise ne compte plus qu'une vingtaine d'employés dans les années 1980 et ferme en 1994. Les ateliers sont démolis en 1999.

Caractérisé par ses nombreuses industries, le quartier a toujours eu également une vocation résidentielle. En témoignent les immeubles bourgeois construits sur le modèle hausmannien : au 26, un édifice en pierre de taille de 1900 dessiné par l’architecte Deligny ; au numéro 31, un grand immeuble de 1895 de l’architecte Lefrançois. D’autres bâtiments adoptent les proportions hausmanniennes mais sont édifiés en brique, comme l’immeuble d’angle du 33, des architectes Just et Denis, datant de 1906. Signalons aussi au 18-22 un bel alignement de trois immeubles en brique enduite, ou encore, au numéro 37 (cf. photo à gauche), un édifice en brique polychrome de 1906. Des immeubles de rapport plus modestes, enfin, hébergent les ouvriers des entreprises voisines.

Entre le 27 et le 29 de la rue, s’ouvre depuis 2007 un jardin public de 3 500 m² traversant l’îlot jusqu’à la rue Hoche. Le square Montgolfier (cf. photo à droite), dessiné par l’agence Pena & Pena, est constitué de trois espaces – de jeux, d’eau et de lecture – reliés par une passerelle surplombant un vallon arboré.

 

 

Personnalité remarquable

André Breton (1896-1966), poète et écrivain, chef de file du mouvement surréaliste, est âgé de quatre ans lorsque ses parents s’installent à Pantin. Il vit notamment aux numéros 26 puis 33 de la rue Étienne-Marcel. Une salle située au 25 rue du Pré-Saint-Gervais porte son nom.

 

 

 

RUE JACQUART
 

 

Situation

Quartier du Petit-Pantin. Début rue Courtois / Fin rue Boieldieu.

 

Création

Ouverte en 1861 par la Société immobilière de Pantin présidée par M. Moissonnier, elle est classée dans la voirie communale par délibération du conseil municipal du 19 décembre 1888.

 

Origine de l'appellation

La rue prend le nom de Jacquart dès sa création. Cette dénomination, qui sera approuvée par le maire de Pantin par arrêté du 21 novembre 1861, fait probablement référence au propriétaire du terrain sur lequel a été percée la rue.

 

Bref historique

Le quartier du Petit-Pantin, proche du village historique constitué autour de l’église, s’urbanise dans la seconde moitié du XIXe siècle sur des terrains occupés jusque-là par des carrières et plâtrières. Cette urbanisation découle notamment de l’implantation de la tannerie Courtois, vers 1855, sur une propriété derrière l’église qui deviendra, en 1877, le siège de la manufacture des tabacs de Pantin.

En 1861, un premier lotissement est créé à l’est de la rue Courtois par la Société immobilière de Pantin. Sept rues, outre la rue Jacquart, sont tracées : les rues Benjamin-Delessert, Béranger, Boieldieu, du Commerce (devenue rue du Docteur-Pellat), François-Arago, Palestro, Parmentier et Saint-Louis. Ce maillage de voies orthogonales constitue le quartier de l’Avenir.

Les îlots sont lotis et construits au cours des années 1870-1880, de façon assez éparse. Le pavage des rues sera réalisé au début des années 1890, tandis que le raccordement à l’égout n’interviendra que dans les années 1910.

La rue Jacquart est caractéristique de l’urbanisation de faubourg qui s’étend de la fin du XIXe aux années 1930. Les maisons de faubourg simples en profondeur avec toit en appentis et maisons d’angle à un étage côtoient des maisons pittoresques aux décors soignés, adossées parfois à des immeubles de rapport. Moins visibles, les ateliers et usines de taille moyenne, parfois situés en fond de parcelle, étaient fréquents ; aujourd’hui ils ont disparus ou ont été transformés en lofts.

 

Lieux et bâtiments remarquables

Aux numéros 5 et 7 se trouve l’une des constructions les plus emblématiques de la rue Jacquart. En 1905, l’architecte pantinois Alexandre Ract y dessine un ensemble immeuble et pavillon de pierre meulière, dont la décoration de brique et de frises en céramiques émaillées aux motifs floraux est inspirée de l'Art nouveau. Cette réalisation, caractéristique d’un phénomène de rentabilisation de parcelle, témoigne que la créativité n'est pas forcément absente des constructions de rapport. Un rajout imperceptible d’un autre architecte a réuni en 1925 le pavillon et l'immeuble. Entre 1910 et 1920, opère à cette adresse l’éditeur de cartes postales illustrées Charles Gaston Francq.

Autre exemple de réalisation de l’architecte Alexandre Ract, l’immeuble de brique à l’angle du 20 rue Jacquart et du 33 rue Benjamin-Delessert a été construit en 1903.

 

Plus typique des immeubles de rapport construits dans le prolongement du bourg, le numéro 17 de la rue Jacquart a été édifié en 1890 par les architectes Petitpas et Guignanbert. Cet immeuble de rapport à deux étages et combles à lucarnes possède une façade enduite de plâtre et est doté d’une porte charretière. La cour pavée de l’immeuble communique avec une ancienne écurie située au 24 de la rue Benjamin-Delessert, aujourd’hui transformée en garage automobile.

La rue Jacquart offre de nombreux exemples de l’activité artisanale et industrielle de Pantin de la fin du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle.

La plus typique est la parfumerie Salomon située au numéro 8. C’est en 1924 que la société Salomon, implantée à Pantin dès le début du XXe siècle, fait construire de nouveaux bâtiments dans la rue. À cette époque, Pantin compte cinq parfumeries et fabriques de savons de toilette. L’établissement comporte un atelier, bâtiment de bois et brique construit sur deux niveaux et traversant la parcelle en profondeur, complété par un pavillon de gardien à l’entrée et au centre et par un édifice d’administration ou de logement du patron. L’entrée monumentale, construite dans le style de l’architecture des manufactures, a disparu. En 1974, l’entreprise a cessé ses activités sur ce site reconverti en lofts et appartements.

La parcelle du 22-26 rue Jacquart a quant à elle accueilli à partir de 1879 la fabrique de caoutchouc Casassa et Culaz devenue Manufacture générale de caoutchouc F. Casassa Fils et Cie. Au début de la première guerre mondiale, 80 ouvriers environ y travaillaient. En 1937, c’est le fabricant de chaussures André qui s’y installe. L’usine est détruite à partir de 2007 et des logements sociaux y sont construits.

Le 30 rue Jacquart est également représentatif de ces petites industries très bien insérées dans le tissu résidentiel, notamment par un alignement sur rue dissimulant la halle de fabrication. Ici, ce sont les établissements Kretzschman qui s’installent dès 1925 dans une halle métallique hourdie de briques, couverte d’un toit à deux pans et éclairée par des lanterneaux vitrés. Voué d’abord à la fabrication de charpentes métalliques, le site se consacre à partir de 1953 à la fabrication et l’entreposage de manomètres.

 

Personnalité remarquable

Au numéro 25 de la rue Jacquart était situé l’atelier de l’artiste pantinois Adelson Ducobu. Né en 1887 en Belgique, ce graveur sur verre s’installe à Pantin et travaille à la cristallerie Stumpf, Touvier, Viollet et Cie (anciennement cristallerie Monot) située rue de Paris, l’actuelle avenue Jean-Lolive. Il ouvre par la suite ses propres ateliers de gravure sur verre et sur cuivre rue Jacquart. Très investi dans la ville, notamment auprès de la conférence de Saint-Vincent-de-Paul qui portait secours aux plus démunis, il décède en 1960.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RUE DES POMMIERS

 

 

Situation

Quartier du Haut-Pantin. Début rue Charles-Auray / Fin au Pré-Saint-Gervais.

 

Création

Cette voie tracée à la limite de la Seigneurie, l’ancien domaine des seigneurs laïcs de Pantin, existe au moins depuis la fin du XVIIIe siècle, d’abord sous forme de chemin puis de rue.

 

Origine de l'appellation

Une délibération du 29 novembre 1829 mentionne la voie sous deux noms employés indifféremment à l’époque : chemin du Cimetière et chemin des Pommiers. La deuxième appellation, qui a perduré, tire probablement son origine des vergers présents dans ce quartier de Pantin avant son industrialisation.

 

Bref historique

L’histoire de la rue des Pommiers est intimement liée à l’extraction du gypse pour la production de plâtre, attestée à Pantin depuis la seconde moitié du XVIe siècle et en forte expansion au début du XIXe siècle.

Pavé très tôt afin de faciliter la circulation des voitures à cheval, le chemin des Pommiers est rendu en partie impraticable par l’exploitation des carrières à partir des années 1820. Dès 1856 et pendant plusieurs années, l’exploitant Louis-André Faguet y extrait de la pierre à plâtre et doit procéder à la déviation du chemin via sa propriété.

En 1858, une réfection du pavage est votée par le conseil municipal en raison de son état déplorable : « la chaussée est détériorée à ce point qu’avant d’arriver au cimetière […] elle forme une cavité profonde dans laquelle les eaux pluviales séjournent et croupissent ; […] non seulement cette rue est devenue impraticable mais […] les exhalaisons qui s’échappent de l’accumulation de ces eaux répandent des odeurs nuisibles à la santé publique. »

Au cours des années 1880 et 1890, plusieurs propriétaires cèdent à la Ville des portions de leurs terrains afin de permettre l’élargissement de la rue en échange de sa mise en viabilité. Terrassement, remblaiement, établissement de trottoirs et de canalisations sont réalisés progressivement, d’abord le long du cimetière puis dans la portion comprise entre les rues Candale et Chevreul. En 1897, l’éclairage public arrive rue des Pommiers avec l’installation d’appareils d’éclairage à l’huile. La voie est alors très utilisée par les tombereaux qui circulent entre les carrières en cours de remblaiement et la décharge.

Fin XIXe, les membres du conseil municipal considèrent que la rue des Pommiers est une voie importante car « appelée à faciliter le développement d’un quartier naissant ».

En 1931, afin de contribuer à l’assainissement du quartier, un égout est construit rue des Pommiers pour évacuer les « eaux de toutes sortes et matières de vidange » du lotissement Les Parfumées établi en 1928 et des habitations à bon marché qui seront édifiées en 1932-1933.

 

Lieux et bâtiments remarquables

Le tissu urbain de la rue des Pommiers, très hétérogène, est constitué de parcelles occupées par de l’habitat collectif, de l’habitat individuel, des équipements collectifs publics ainsi que des entreprises et commerces spécialisés.

 

La rue se distingue tout d’abord par la présence du cimetière communal. Auparavant situé près de l’église, il est transféré sur un terrain à flanc de coteau. Ouvert en 1818, il s’avère rapidement trop petit face à l’augmentation de la population pantinoise, et connaît plusieurs extensions jusqu’à atteindre au milieu du XXe siècle sa taille actuelle.

En raison de la proximité immédiate des anciennes carrières dont l’exploitation a fragilisé les sols, des éboulements (1914, 1928, 1941, 1945 entre autres) causent la destruction de nombreuses sépultures et obligent la municipalité à procéder à des travaux de réfection fréquents et coûteux.

Composé de 14 travées et de 33 carrés de dimensions variables, il accueille 47 chapelles funéraires datant de la deuxième moitié du XIXe siècle. Le cimetière comprend aussi un carré militaire, un monument aux morts de la Guerre de 1870 et un monument pacifiste en hommage aux Poilus décédés au cours de la première guerre mondiale. En 2012, la ville a également construit un monument des Morts pour la France, destiné à recueillir les restes des concessions non renouvelées des soldats tués au combat.

 

En face de l’équipement funéraire, la rue des Pommiers borde la partie sud du parc de la Seigneurie, aménagé dans les années 1930 par Florent Nanquette en parc des sports, et dénommé stade Charles-Auray depuis 1932. La partie méridionale de cet équipement est occupée par trois courts de tennis en terre battue, attestés sur un plan de 1936, un en béton poreux et d’un mur d’entraînement construit depuis 1966.

Par conventionnement, c’est la section tennis du Cercle municipal des sports, devenue Tennis club de Pantin en 2009, qui fait profiter ses adhérents de ces infrastructures municipales.

Pour favoriser la pratique du sport en hiver, deux courts de tennis ont été couverts par des structures gonflables en forme de bulles. Depuis 2019, une construction plus pérenne couvrant deux terrains de tennis a débuté.

 

En continuant, au numéro 6 de la rue, on découvre une maison de 1886 d’un étage plus comble avec lucarnes, à décoration moulurée. La présence de l’enseigne « Les Pommiers » y atteste l’existence d’un débit de vin. Ce dernier, ouvert en 1902, est fermé depuis plusieurs décennies.

 

Entre le 35 et le 45 de la rue, les emblématiques habitations à bon marché (HBM) sont l’œuvre de l’architecte Félix Dumail et appartiennent à une vaste cité-jardin. Impulsée par l’Office public d’habitat à bon marché de la Seine, elle est édifiée entre 1927 et 1952 et s’étend sur les communes du Pré-Saint-Gervais, de Pantin et des Lilas.

L’aménagement du terrain de la rue des Pommiers prend place dans la seconde phase des travaux qui débute en 1932. Optant pour la monumentalité, l’architecte implante 322 logements répartis en six ensembles de collectifs, disposés en T le long de la voie. L’usage de la brique, l’animation des façades avec des baies triangulaires ou des loggias, le choix du dénivelé pour les hauteurs des bâtiments et le soin apporté aux détails ornementaux confèrent une forte qualité architecturale à l’ensemble.

 

En face, au 42-44 de la rue, la résidence des Pommiers qui comprend deux immeubles de neuf étages est caractéristique de l’architecture des années 1970. Le rez-de-chaussée accueille la maison de quartier du Haut-Pantin depuis 1990.

 

 

Personnalité remarquable

Figure locale, Roger Bécanne arrive à Pantin à l’âge de quatre ans, en 1927. Deux années plus tard, ses parents font construire un pavillon au 46 rue de Candale-Prolongée, juste en face du cimetière communal.

Enfant chétif, son père lui conseille la pratique du sport ; il intègre donc dès 1934 l’Éducation physique et populaire de Pantin (EPP) puis adhère dès sa création en 1942 au Cercle municipal des sports (CMS). Tennisman passionné et sportif engagé, il entre à la section Tennis en 1949 et en devient dirigeant bénévole. Il est président du CMS de 1985 à 1995 puis président d'honneur.

Propriétaire d’une horlogerie-bijouterie à Pantin, vice-président du comité du jumelage et très impliqué dans l’association des Amis des arts, Roger Bécanne, figure marquante de la ville décède le 12 mai 2013, il est enterré dans le cimetière de la rue des Pommiers.

 

 

 

 

 

RUE DES SEPT-ARPENTS

 

 

Situation
Quartier des Sept-Arpents. Début à Paris / Fin rue du Pré-Saint-Gervais.

 

Création
Sous forme de chemin puis de rue, cette voie existe au moins depuis le début du XVIIIe siècle, comme en témoigne son tracé sur le plan de Roussel daté de 1731.

 

Origine de l’appellation
Son nom est celui d'un ancien lieu-dit d'une probable superficie de sept arpents, l’arpent étant l’unité principale de mesure agraire sous l’Ancien Régime.
En 1861, des habitants demandent que leur rue prenne le nom de Napoléon III mais le conseil estime que « cette voie, par son état de viabilité et de construction, ne réunit aucune des conditions désirables qui puissent la rendre digne de porter ce nom ».

 

 

Bref historique
Aujourd’hui à cheval sur trois communes, la rue des Sept-Arpents était autrefois située sur les seuls territoires de Pantin et du Pré-Saint-Gervais, jusqu’à l’annexion d’une partie de ces derniers par la Ville de Paris par décret du 27 juillet 1930.
L’urbanisation de la rue des Sept-Arpents est ancienne, la densification des constructions sur les anciennes parcelles agricoles se produisant d’abord à proximité de la capitale. L'occupation villageoise reste lisible dans le tracé de la voie et dans la permanence de maisons de bourg.


Ce n’est que dans la seconde moitié du XIXe siècle que des travaux de grande ampleur sont entrepris dans cette voie très largement empruntée. En 1863, après seize années de réclamations, les propriétaires de la rue des Sept-Arpents rédigent une pétition la jugeant  « dans la situation la plus déplorable : elle n’est ni pavée, ni éclairée, elle n’a pas de pentes régulières, elle est encombrée d’immondices ». Ils concluent : « on se croirait au milieu d’un marais pestilentiel, et l’on est aux portes de Paris ! » et se proposent même de payer proportionnellement à leurs emprises respectives le pavage de la rue.
Les travaux démarrent la même année et se prolongent jusqu’à la fin du siècle. Ils comprennent le pavage et la réfection de la chaussée mais également des travaux de redressement (1875, 1889 et 1896), d’aménagement d’égouts (1887 et 1896) et plus largement de mise en état de viabilité (1898).
Des travaux d’élargissement et d’alignement de la rue sont effectués à la même période. En 1861, « considérant que par la position qu’elle occupe, la rue des Sept-Arpents est appelée à devenir une des voies les plus fréquentées de la commune », il est décidé de porter à 12 mètres la largeur de cette rue – fixée précédemment à 8 mètres en 1847. Pour ce faire, des portions de terrain sont cédées, gratuitement ou moyennant indemnités, ou expropriées de part et d’autre de la rue.

Dans la première moitié du XXe siècle, les plaintes continuent et, en 1908, la municipalité conseille aux propriétaires de clôturer leur terrain car la rue est « rendue très insalubre par l’établissement d’industries répandant des poussières, ainsi que par des dépôts d’immondices et de fumier ». Si à cette époque une bergerie subsiste rue des Sept-Arpents et qu’une maison d’alimentation générale envisage en 1924 d’y remettre un troupeau de moutons à l’engrais, les nuisances proviennent majoritairement des petites industries implantées dans la rue. En 1938, les habitants se plaignent par exemple des émanations de fumée et de poussières provenant des cheminées des brûleries de café des numéros 19 et 40 de la voie.


Depuis les années 1980, le visage de la rue des Sept-Arpents est régulièrement modifié  par des opérations de démolition de bâtiments industriels et d’immeubles en péril. La voie, et plus largement le quartier, bénéficient d’une opération globale de requalification afin de lutter, entre autres, contre l’habitat indigne prégnant dans le secteur.

 

Lieux et bâtiments remarquables
La rue des Sept-Arpents présente un tissu urbain relativement mixte, typique des paysages de faubourg. Il mêle un habitat composé de maisons individuelles et d’immeubles de rapport populaires de quelques étages, des activités structurées autour d’ateliers et de petites usines, et des commerces, avec peu d’équipements publics et d’espaces verts.
Au 19 bis de la rue, un dispensaire et centre d’hygiène sociale a été établi en 1920, à l’initiative de l’Office public d'hygiène sociale du département de la Seine, par la transformation d’une maison en meulière construite en 1907. Ce bâtiment a été démoli en 1989.
Un ancien site industriel, au numéro 42, a abrité successivement des fonderies de métaux, en particulier les Fonderies Oise et Seine et leur activité de construction de machines agricoles dans les années 1920, plusieurs sociétés de fabrication de parquet la décennie suivante, puis les entrepôts de papeterie de la Compagnie générale des papiers dans les années 1950 à 1970. De ce passé, seule une maison subsiste, à l’entrée de la parcelle. Les autres bâtiments ont été restructurés en 1989 et hébergent aujourd’hui une activité de location de salles, bureaux et studios de répétition.
Au 49 de la rue des Sept-Arpents, le Théâtre des Loges est établi, depuis 1997, dans un ancien lavoir.
En 2015, un Espace médiation a été installé au numéro 51 pour le service municipal de médiation urbaine de nuit, dont les agents interviennent en cas de nuisances sonores, de conflits de voisinage, de problèmes sur l’espace public... La structure est constituée de modules pré-fabriqués dont la façade est revêtue d’un bardage métallique à motif végétal. Cet équipement occupe à titre précaire une parcelle mise en réserve pour un futur élargissement de la rue.