/img/picture-not-found.svg
Accéder au visualiseur des médias : 1 média

La Visitation

  • Cote :

    OAP/20

  • Format :

    Dimensions : 167x131 cm

    Genre/Carac. phys. : huile sur toile

  • Biographie ou historique du producteur :

    Deux personnages féminins se saluent. Derrière elles, deux autres femmes semblent se recueillir. À l'arrière-plan, on aperçoit de part et d'autre d'une colonne une discussion animée entre hommes et un paysage chatoyant où apparaît une ville.

    La Visitation de la Vierge Marie est une scène très représentée de la peinture chrétienne. Ce moment, raconté par l'évangile de Luc (1, 39-45), se déroule peu de temps après l'Annonciation. Marie, qui vient d'apprendre qu'elle attend un enfant, rend visite à sa cousine Élisabeth. Cette dernière, bien plus âgée que la Vierge, et alors qu'elle était stérile, attend elle aussi un enfant: le futur Saint Jean-Baptiste. À l'instant même ou Marie dit sa salutation, l'enfant que porte Élisabeth tressaille et elle se sent «remplie du Saint-Esprit». Ainsi Élisabeth reconnaît en sa cousine la future mère du Christ.

    On ne connaît pas l'auteur de cette toile. Mais l'on sait qu'il s'agit de la copie d'une œuvre célèbre de Sebastiano del Piombo conservée au Louvre, datée aux environs de 1520. Sebastiano était vénitien, mais c'est à Rome qu'il passera une grande partie de sa carrière, au contact de Michel-Ange. L'influence de ce dernier est d'ailleurs palpable dans cette Visitation,où les figures principales amples et massives ne sont pas sans rappeler certaines œuvres du florentin, comme par exemple le Tondo Doni. Dans cette composition, Sebastiano témoigne donc d'un style lié à sa présence à Rome. Mais l'ouverture sur un paysage en haut à gauche montre que ce qu'il avait appris à Venise n'a pas été oublié. Le chatoiement des couleurs est ainsi typique de l'école vénitienne, contrastant avec le dessin très marqué des figures de premier plan.

    Il est intéressant de noter que le copiste a gommé du visage d'Élisabeth les marques de l'âge, pourtant très visibles dans le tableau de Sebastiano. En dehors de quelques remaniements de couleur, c'est la seule véritable différence entre les deux œuvres. L'acte n'est pas anodin, et permet de penser qu'il s'agit pour l'artiste de chercher à transcrire une certaine idée du miracle qui s'opère: touchée par l'Esprit Saint, Élisabeth retrouve une certaine jeunesse liée à sa foi et à la naissance future de son enfant.

  • Historique de la conservation :

    Restauré en 1999.

  • Modalités d'entrée :

    Provient de l'église Saint-Germain. Toile commandée par le département de la Seine. Retrouvée dans les ateliers municipaux en 1987.

  • Autres données descriptives :

    Mentionné dans l'inventaire de Louis Chaix de 1878 : copie d'après Sebastien del Piombo, situé dans le transept, prix alloué : 600 frs. « La même copie ayant été commandée à plusieurs artistes et [cette toile] n'étant pas signée, on a dû se borner à indiquer le prix attribué uniformément à [cette] commande, sans désignation de nom d'auteur ». Original au musée du Louvre.

  • Mots-clés