Gravures

   Samta Benyahia

   Guerre du Golfe

   1994

   quatre gravures sur papier de soie marouflées sur toile

   150 cm x 145 cm

   OAP/112

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’œuvre de Samta Benyahia est nourrie d’une grande part d'autobiographie. En exil, elle puise dans son imaginaire enfantin et ses racines algériennes pour combiner enracinement et ouverture, réaliser une liaison intime, une circulation incessante entre le local et l'universel. Pour cela l’artiste utilise le signe sans limite, jusqu’à la prolifération ; la création se fait ainsi l’index même de la complexité du réel.

L'artiste poursuit ainsi sa recherche de la symbolique des signes dans l’héritage maghrébin.

 

Ce travail se retrouve dans Guerre du Golfe, dénonciation de la médiatisation excessive de cette guerre. En réponse à la surinformation, Samta Benyahia développe un travail fondé sur le signe. Tous les soirs, elle grave sur une plaque de cuivre un mini écran de télévision qu'elle remplit avec un motif particulier au fur et à mesure de l’évolution de la guerre, jusqu’au cessez-le-feu. Cette œuvre est un mélange de signes, d'écriture, de message.

 

 

 

   Florent Moutti

   Sadia, série Tous français, tous différents

   2010

   gravure couleur

   45 cm x 36 cm

   OAP/231

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À travers ces portraits d’anonymes de différentes origines ethniques, géographiques et sociales, Florent Moutti souhaite enrichir la question « Qu’est-ce qu’être français ? ». Tous les modèles, représentés sur fond de toile de Jouy, ont la nationalité française, depuis vingt générations ou depuis quelques jours. À chacun, il a posé dix mêmes questions, leur demandant d’en tirer deux éléments : l’un personnel qui incarne l’histoire de leurs origines, l’autre sur ce qui symbolise la France à leurs yeux. L’artiste montre ainsi les multiplicités qui composent la richesse de la France, aussi bien que celles qui font la complexité de chaque individu.

Ses portraits révèlent qu'à la question « Qu’est-ce qu’être français ? » apparaissent les notions de territoire, de citoyenneté, de mémoire, de culture, de reconnaissance, de valeurs à partager.

 

 

 

   Todd Narbey

   Love for summer, série Les quatre saisons

   1999

   gravure et collage

   52 cm x 76 cm

   OAP/133

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Todd Narbey est peintre et graveur. Il fait preuve d’un intérêt particulier pour le travail en série, une possibilité de croiser plusieurs points de vue sur un même thème, dont celui de la nature, un de ses sujets favoris.

La série Les quatre saisons témoigne ainsi d’un rapport particulier aux éléments naturels. Elle repose sur un motif représentatif de la saison en question qui occupe la totalité du support. La palette de couleurs est réduite et les aplats aux contours nets leur donnent un rayonnement particulier.

La gravure présentée ici est issue d’une technique particulière : le carborundum. Cette dernière innove en créant du relief par ajout et non par retrait comme habituellement dans les procédés de gravure. Souplesse, adaptabilité, nuances des couleurs, richesses des matières et combinaisons avec d’autres techniques de gravure sont permises par ce procédé qui se pose ainsi chez Narbey comme le plus fidèle compagnon de la peinture. Très souvent, l’idée d’une série de peinture est précédée d’une série de gravure qui devient à la fois recherche, essai préparatoire pour le tableau à venir mais aussi forme d’« entraînement » corporel comme préfiguration d’un rapport très physique au travail de peinture.

 

Découvrez les autres œuvres de la série présentes dans le fonds d'art de la ville :

Love for winter / Love for spring / Love for autumn