Jeudi 27 août 1914
Le 09/09/2015 à 11h45 par Eugénie Lutz

Journée douce et humide

 

Ce matin, un couple belge et leurs deux enfants sont arrivés en automobile, chez les Charlier au 5 de la rue Jacquart. Ce sont des amis de Charles Charlier. Ces visiteurs semblent avoir une certaine aisance financière et avoir plus de chance que leurs compatriotes que j'ai vus affluer à pieds ou en charrettes surchargées. Pourtant la femme hagarde n'a pas encore prononcé un mot depuis son arrivée.

Le mari assure seul la conversation. Victorine Charlier m'a chargée de conduire les enfants, Albert et Marie, jusqu'au canal pour leur changer les idées et permettre aux adultes de parler librement. Même si on sait que les troupes allemandes lors de leur progression en Belgique et dans le Nord de la France, pillent et terrorisent la population, le soir j'ai voulu en savoir plus sur l'histoire de cette famille. Papa m'a rapidement dit que le couple était originaire de Dinant-sur-Meuse. Devant mon insistance, il m'a répondu brutalement que leurs proches et plusieurs centaines d'habitants avaient été fusillés et leur maisons brûlées. Papa a clos la conversation et je n'ai plus osé poser de questions. Nous avons mangé en silence.

Mots clés : 
Partagez cet article
Commentaires

Seuls les utilisateurs identifiés peuvent laisser un commentaire.

Me connecter à mon compte

Billets proches
Le 03/06/2016 par Eugénie Lutz