Mardi 4 août 1914
Le 09/09/2015 à 11h27 par Eugénie Lutz

Journée douce et sèche

 

Hier, l'Allemagne a déclaré la guerre à la France et à la Belgique. Ces mots je n'ai pas pu les écrire avant.

Pierre est passé à la maison en fin de soirée, il était aux obsèques de Jean Jaurès. Jouhaux dans son discours, comme le président de la République Raymond Poincaré, a fait appel à l'entente et à l'union. Papa partage cet élan patriotique mais en ce qui concerne Pierre, je n'ai pas compris s'il était d'accord avec eux. Maman est triste et m'encourage à prier avec elle. Moi, je ne saurais décrire l'état dans lequel je me trouve. L'ambiance est étrange. Les rues sont très animées et pavoisées ; les réquisitions des chevaux, des autobus, ont commencé. Lorsque des groupes de soldats passent, les gens applaudissent. Mais, les esprits sont échauffés, les pillages des magasins supposés allemands continuent, les devantures sont fracassées comme celles du suisse Maggi, de l'épicerie Doudeuil, du marchand de vin Fuhrer et même chez Schaeffer, ma pâtisserie préférée au 137 rue de Paris. Les émeutiers sont peut-être des « patriotes » en colère mais ils n'oublient pas d'emporter des marchandises comme les jambons de l'usine de monsieur Carl Jörn !1

 

 

Mots clés : 
Notes de bas de page
Partagez cet article
Commentaires

Seuls les utilisateurs identifiés peuvent laisser un commentaire.

Me connecter à mon compte

Billets proches
Le 19/09/2015 par Eugénie Lutz
Le 21/04/2016 par Eugénie Lutz