Vendredi 31 juillet 1914
Le 08/09/2015 à 16h19 par Eugénie Lutz

Journée douce et sèche

 

Jean Jaurès est mort ! Pierre est venu nous l'annoncer. Il n'a pas vu l'assassinat, mais il était là quand l'homme a voulu s'enfuir et qu'il s'est fait poursuivre et assommer par Tissier, le metteur en page de L'Humanité. Pierre est socialiste, il fait partie de la SFIO, et partage les idées pacifistes de Jaurès.

Pierre ne tient pas en place et préfère rester à Paris pour suivre au plus près les événements. Pour lui, avec la mort de Jaurès, il y a de fortes chances pour que la France entre elle aussi en guerre. Papa pense que nous devons être fermes. Pierre n'est pas du tout d'accord et j'ai senti le ton monter entre eux. Ici, on ne parle que de ça ; des Allemands, de la guerre, de ce que va décider le gouvernement. Je vais écouter attentivement ce qui se dit autour de moi et écrire sur la situation actuelle. C'est une grande occasion pour moi.

 

 

 

 

 

 

Mots clés : 
Partagez cet article
Commentaires

Seuls les utilisateurs identifiés peuvent laisser un commentaire.

Me connecter à mon compte

Billets proches
Le 19/09/2015 par Eugénie Lutz