Mardi 27 juillet 1915
Le 14/09/2015 à 16h22 par Eugénie Lutz

Journée douce et sèche

 

Je crois qu'aujourd'hui nous avons tous pris pleinement conscience des effets de la guerre sur nos jeunes gens. Lors du déjeuner, Paul a demandé à Maman la permission d'accompagner tante Jeanne ce samedi à Paris, pour aller voir une de ses amies dont la chienne vient d'avoir une portée. À Maman qui demandait où habitait cette amie, Paul a répondu, près de la station de métro Combat. Camille a dit en souriant mi-sérieusement mi-humoristiquement : « Voilà un signe du destin, les circonstances font que je vais prendre un aller-retour pour Combat. Je n’utiliserai que l’aller. Certains de mes camarades ont fait de même, persuadés qu’en gardant le billet de retour, ils reviendront vivants de cette guerre ». Tout le monde s'est tu autour de la table, et les larmes sont montées aux yeux de Paul. Camille est si différent d'il y a un an ! Lui qui était si doux, parle maintenant avec rudesse et semble être sans cesse sur le qui-vive. Il ne m'a presque rien dit sur ce qu'il a vécu au front, en dépit de mes questions, alors j'imagine le pire.

Mots clés : 
Partagez cet article
Commentaires

Seuls les utilisateurs identifiés peuvent laisser un commentaire.

Me connecter à mon compte

Billets proches
Le 21/04/2016 par Eugénie Lutz
Le 21/04/2016 par Eugénie Lutz
Le 07/07/2016 par Eugénie Lutz
Le 21/04/2016 par Eugénie Lutz
Le 21/04/2016 par Eugénie Lutz