Histoire de rues : la rue Berthier
Le 02/06/2020 à 16h00 par Penthinum

Situation

Quartier des Quatre-Chemins. Début rue Magenta / Fin avenue Édouard-Vaillant

 

Création

Créée comme voie privée au début des années 1860, sur des terres de l’ancienne ferme du Rouvray, par le groupe d'investisseurs parisiens Leroy frères et Forest. Elle est classée voie communale par délibération du conseil municipal du 28 novembre 1873.

 

Origine de l'appellation

La rue prend le nom du maréchal César Berthier (1765-1819), officier de Napoléon Ier. Elle est en effet ouverte sous le règne de Napoléon III, où les allusions aux victoires (Magenta, Solférino) et aux hommes (Davoust) des Premier et Second Empires sont très fréquentes pour nommer les lieux.

 

Bref historique

Le quartier des Quatre-Chemins connaît au XIXe siècle une urbanisation rapide du fait de la proximité de Paris (annexion des fortifications en 1860) et de l'industrialisation : il faut de la place pour les usines et les logements des ouvriers. Dans ce contexte, les spéculateurs Louis-Pierre et Charles Leroy et Eugène Forest achètent des terrains, alors encore agricoles, et tracent plusieurs rues rapidement bordées par des immeubles de rapport aux logement exigus mais bon marché.

En novembre 1873, les promoteurs cèdent à la commune plusieurs rues à l'ouest de la route d'Aubervilliers (actuelle avenue Édouard-Vaillant), entre la rue Sainte-Marguerite, la rue Solférino (actuelle rue Pasteur) et la rue Blanche (actuelle rue du Chemin-de-Fer). La rue Berthier fait partie de ce lot. Ils promettent, à cette occasion, une aide financière pour des aménagements (installation de l'éclairage au gaz et de bouches d’égout, réparation du pavage) qui, manifestement, faisaient jusque-là défaut. Les égouts ne seront cependant pas installés avant 1891.

La rue Berthier, à l'origine, n'allait pas au-delà de l'actuelle rue Henri-Martin (rue Neuve-Berthier jusqu’en 2019). Elle sera par deux fois prolongée. D’abord en 1876, date à laquelle la municipalité achète un terrain pour la conduire jusqu'à l'avenue Édouard-Vaillant, puis en 1896 quand elle est agrandie en direction de Paris. Cette portion sera par la suite annexée au 19e arrondissement de Paris sous le nom de rue Forceval.

 

Lieux et bâtiments remarquables

La rue Berthier était, depuis 1865, dominée par les cheminées de la savonnerie Rémy installée au n°10. Son développement lui permettra d'absorber les n°12 à 18 de la même rue. L'entreprise disparaît en 1968 et ses bâtiments sont démolis en 1995 pour, notamment, faire place à un programme de logements sociaux et à la bibliothèque Jules-Verne.

En 1892, un fourneau économique municipal est établi au n°7. L’hiver, les plus démunis viennent y acheter, pour quelques sous, du bouillon, de la viande et des légumes.

Quant au centre municipal d'hygiène sociale, il est construit en 1930 au n°25 sur une parcelle traversante débouchant rue Sainte-Marguerite. Il offre des consultations prénatales et pour les nourrissons, une « goutte de lait » fonctionnant avec l’Assistance publique, une crèche, un service de rayons ultra-violets et deux dispensaires. Il témoigne, par son architecture, du goût Art Déco de l'époque et des préoccupations sociales de la municipalité du maire Charles Auray. Aujourd’hui, la crèche ne fonctionne plus mais le nom de "Goutte de lait" inscrit sur le fronton désigne le bâtiment.

Mots clés : 
Partagez cet article
Billets proches
Le 24/06/2020 par Penthinum
Le 24/06/2020 par Penthinum
Le 24/07/2020 par Penthinum
Le 24/07/2020 par Penthinum